Cinq policiers de Rouen, membres d’un groupe WhatsApp raciste, ont été révoqués

Par

Le ministre de l’intérieur a suivi l’avis du conseil de discipline qui avait demandé à l’unanimité leur départ. Deux d’entre eux contestent la sanction. L’enquête pénale, ouverte sur dénonciation d’un de leurs collègues, se poursuit.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est l’épilogue d’une affaire qui a débuté en décembre 2019, quand un policier noir de 43 ans prénommé Alex, en poste à l’Unité d’assistance administrative et judiciaire (UAAJ) de Rouen, a découvert que plusieurs de ses collègues échangeaient des messages racistes, antisémites, sexistes et homophobes dans un groupe privé sur l’application WhatsApp.