Faible mobilisation à Paris en hommage à Rémi Fraisse

Par

Les deux manifestations qui se sont tenues au Champ-de-Mars et place Stalingrad à Paris ont rassemblé à peine plus d'un millier de personnes. D'un côté, un sit-in pacifiste et silencieux en hommage à Rémi Fraisse. De l'autre, un rassemblement interdit visant à dénoncer les violences des forces de l'ordre, qui a abouti à 76 interpellations.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il est 15 heures ce dimanche 2 novembre, et une centaine de camions de CRS encerclent la place Stalingrad où doit avoir lieu l'un des deux rassemblements parisiens en hommage à Rémi Fraisse, interdit par la préfecture de police. Sur le boulevard de la Villette, plus de quarante véhicules des forces de l'ordre sont stationnés autour de la bouche de métro. Au lendemain des manifestations à Nantes, Toulouse et Dijon, marquées par des débordements et plusieurs interpellations, la situation est tendue. À chaque coin de rue, les policiers fouillent les sacs à dos et effectuent des contrôles d'identité.