Côté kanak: calme, confiance et calculs

Par

À Hienghène, dans le fief des Tjibaou comme sur le reste de la côte orientale, les Kanak affichaient, à la veille du scrutin, leur sérénité. « Si on n’est pas indépendant dimanche, on n’est pas pressé. Moi, je n’ai peut-être pas de montre, comme les gens de Nouméa, mais j’ai le temps », dit Bernard Maépas, président du conseil des anciens de la tribu.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Nouvelle-Calédonie, envoyé spécial.– « C’est un référendum d’autodétermination, ce n’est pas une élection municipale, ça n’arrive qu’une fois dans l’histoire d’un pays ! » Pascal Tjibaou, l’un des fils du leader indépendantiste assassiné en 1989, tient un gîte-restaurant-bar à Hienghène, le village dont Jean-Marie Tjibaou était maire, dans le nord de la Nouvelle-Calédonie, sur la côte orientale de l’île.