Le Foll veut embarquer l'agriculture mondiale dans la lutte contre le réchauffement

Par

Le ministre français de l’agriculture a présenté mardi 1er décembre, lors de la COP21, son projet « 4 pour 1 000 », qui consiste à favoriser la présence de CO2 dans le sol pour en retirer à l’atmosphère. Sur le papier, ça pourrait marcher, dans les faits, de nombreuses questions subsistent et les ONG s’inquiètent.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L’agriculture n’est pas au cœur de la négociation en cours au Bourget dans le cadre de la COP21, le terme n’apparaît même pas dans le document de travail actuellement en discussion (version du 23 novembre), alors même que l’agriculture représente quasiment un quart des émissions de CO2 (24 %), et plus encore si l’on prend en compte les autres gaz à effet de serre (CH4, N2O notamment). La journée du mardi 1er décembre a tout de même été consacrée au sujet, mais de façon parallèle, sous l'égide de la France et sans que l'on voie beaucoup d'autres pays mobilisés sur la question.