«Gabriel Matzneff constitue un super-dominant»

Au lendemain de la sortie du livre de Vanessa Springora, Le Consentement, le parquet de Paris a ouvert une enquête pour viols sur mineur visant l’écrivain Gabriel Matzneff. L’historienne Anne-Claude Ambroise-Rendu revient sur le processus de domination à l’œuvre, « de sexe et d’âge », dans les affaires de pédocriminalité.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

«C’était important pour moi de faire rentrer dans le champ littéraire la voix d’une jeune fille qui avait été victime. C’est une voix qu’on n’entend jamais en littérature. » C’est par ces mots que Vanessa Springora explique l’objet de son livre paru le 2 janvier, et intitulé Le Consentement (Grasset). Elle y décrit l’emprise dont, enfant, elle a été victime de la part d’un écrivain, Gabriel Matzneff, qui ne cachait pas sa pédocriminalité.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal