Recul du gouvernement : une faute majeure

Par

Pourquoi François Hollande a-t-il reculé lundi, après la manifestation de dimanche ? Si certains élus socialistes approuvent en raison du « moindre mal », d'autres s'exaspèrent face à cette « connerie irréparable ». Mais les courants se rejoignent sur un constat : « De toute manière, ces élections, on est en train de les perdre »…

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ceux qui sont candidats pensent d’abord aux municipales. Les plus bruyants, sur l’aile gauche du PS ou chez les écologistes considèrent que cette reculade sur le thème de la famille, survenue en plein virage sur le pacte de responsabilité, achèvera de donner au Président, et au Parti dont il émane, l’image d’un pouvoir qui cède au premier vent, à tous ses adversaires. Après le domaine socio-économique, le domaine sociétal. Après Gattaz et le Medef, la droite extrême, ou la droite réactionnaire. Les communiqués de victoire s’enchaînent dans le camp des opposants, et les incompréhensions s’accumulent chez les soutiens du Président.