A Bourail, les non-indépendantistes se préparent à «défendre leurs terres»

Par

Bourgade rurale de la province Sud de la Nouvelle-Calédonie, Bourail devrait voir le rejet de l’indépendance l’emporter lors du référendum prévu au plus tard en novembre 2018.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Bourail (Nouvelle-Calédonie), envoyée spéciale.-  Entre Nouméa et Koné, sur la plaine arborée de la côte ouest de la Nouvelle-Calédonie, Bourail, rattachée à la province Sud, est une bourgade de 6 000 habitants, peuplée majoritairement de Calédoniens d’origine européenne. Enracinés dans l’archipel depuis cinq, voire six générations, ils sont pour la plupart des descendants de bagnards déportés à la fin du XIXe siècle. Quand ils ne sont pas éleveurs de bétail ou de chevaux, ils cultivent le maïs, la pomme de terre et le squash, légume cousin du potimarron. Sept tribus kanak sont dispersées jusque dans la chaîne de montagne qui coupe la Grande Terre du nord au sud.