Réforme de l'Etat: les équivoques du plan Sarkozy

A l'occasion d'un deuxième Conseil de modernisation des politiques publiques, vendredi 4 avril, Nicolas Sarkozy a annoncé un nouveau train de 140 mesures de réforme de l'Etat. Mais la méthode retenue peut donner lieu à leur application la plus sévère, comme à tous les revirements.Lire aussi Le logement plutôt épargnéet notre analyse Les deux scénarios contradictoires de Nicolas Sarkozy

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Après une réunion à huis clos à l'Elysée, Nicolas Sarkozy est venu à Bercy, vendredi 4 avril, annoncer les résultats du second conseil de modernisation des politiques publiques. Etait-ce l'euphorie de cette «journée historique», la présence des ministres Woerth, Santini et Besson ou l'afflux des souvenirs que le Président n'a pas hésité à égrener tout le long de son texte ? Toujours est-il que la performance du chef de l'Etat ne restera pas dans les mémoires. On l'avait connu précis et visionnaire sur le thème de l'Etat et de sa modernisation à Nantes, le 19 septembre 2007, et surtout le 12 décembre suivant, lors du premier conseil, on a eu droit vendredi à un propos flou et plat, très en retrait de ce qui avait été décidé peu de temps avant en son Palais.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal