Encore une vendetta corse au tribunal

La Provence chronique « une vendetta familiale sur fond de “Brise de mer” », jugée en appel à Aix-en-Provence. Jean-François Federici et son cousin Pierre nient le double assassinat pour lequel ils avaient écopé de 30 et 20 ans de réclusion en première instance.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le 3 décembre 2014, il n'était pas là pour entendre la cour d'assises, à Aix, le condamner à trente ans de réclusion criminelle pour avoir commandité le double assassinat de Corscia. Et pour cause, il était en cavale. Interpellé le 23 février 2016 au Lavandou, dans le Var, Jean-François Federici, 60 ans, frère d'Ange-Toussaint Federici dit Santu (incarcéré pour la tuerie des Marronniers, Ndlr), comparaissait, seul, début 2017 pour cette vendetta familiale après avoir fait opposition au verdict. Sa présence dans le box et ses dénégations n'avaient pas infléchi la position des juges : trente ans à nouveau.