A Montpellier, la Paillade dit adieu au front républicain

Par Nejma Brahim

Dans ce quartier populaire, l’abstention a pris des allures de sanction, et devient même parfois militante et revendicative. Lors du premier tour, 40 % ne se sont pas déplacés. Face aux inégalités sociales, aux discriminations ou à l’état d’urgence, le risque FN n’effraie plus.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Montpellier (Hérault), envoyée spéciale.-  Elle est redoutée par les uns, plébiscitée par les autres. Elle est aussi le bruit sourd de l’un des seuls moyens d’expression d’une partie des citoyens. À chaque élection en France, l’abstention est surveillée comme un indicateur de la bonne santé politique. Et dans les quartiers populaires, la vie politique a plutôt tendance à être souffrante.