Retraites: il est urgent de repenser le volet pénibilité

Par

Le premier ministre, qui a chargé Yannick Moreau d'établir un rapport sur les retraites, devrait recevoir ses propositions détaillées vendredi. Pour les syndicats, il est urgent de remettre à plat la question de la pénibilité au travail, le grand fiasco de la réforme de 2010.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le 16 mai, lors de sa conférence de presse ouvrant « l’an II » de sa mandature, François Hollande a abordé la réforme des retraites a minima, sans trop s’aventurer sur ce terrain miné. Le chef de l'État se repose sur la commission Moreau qui s’apprête à rendre un catalogue de scénarios de réforme explosifs cette semaine et mise sur la concertation entre les partenaires sociaux qui va démarrer au lendemain de la deuxième grande conférence sociale, les 20 et 21 juin. Il a donc essentiellement préparé les esprits à un allongement de la durée de cotisation en martelant – « Quand on vit plus longtemps, on doit travailler un peu plus longtemps » –, omettant de préciser que si l’espérance de vie générale augmente, l’espérance de vie en bonne santé, sans incapacité, elle, recule depuis plusieurs années.