Pour Bayrou, un haut-commissariat sans plan

Par

Nommé hier « haut-commissaire au plan », le patron du Modem reconnaît lui-même, auprès de Mediapart, qu'il n’y aura pas de planification au sens propre. Derrière cet emballage marketing : une simple mission de prospective sans guère de moyens. Une occasion manquée, surtout.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L’heure est à la nostalgie. Après l’envolée lyrique de Jean Castex se présentant comme « gaulliste social » cet été, le conseil des ministres a nommé François Bayrou haut-commissaire au plan, ce jeudi 4 septembre. Revoici donc, renaissant de ses cendres au détour d’un décret présidentiel, le « plan ». Tout ceci fleure bon les années 1950 et 1960, et traduit une nostalgie d’une France de jadis qui alliait croissance et plein-emploi. Mais il ne suffit sans doute pas de prononcer un mot à la mode voici cinquante ans pour lui donner un sens moderne.