Un procès en trompe-l’œil pour le deuxième attentat le plus meurtrier en France

Le procès de l’attentat de Nice risque de susciter beaucoup de frustration chez les victimes. La faiblesse des charges qui pèsent sur des accusés loin de constituer une cellule terroriste contraste avec l’horreur absolue du crime qui va être jugé.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Soixante-quatre jours d’audience, huit accusés, plus de 850 parties civiles, 109 médias accrédités venus du monde entier… Après celui des attentats du 13-Novembre, c’est un nouveau procès devant faire l’Histoire qui est appelé à démarrer à 13 h 30 lundi 5 septembre. Les audiences seront intégralement filmées pour les Archives nationales. Et, au terme de trois mois de débats, le verdict devrait être rendu le 16 décembre 2022. Le procès sera forcément unique au regard de l’horreur absolue du crime qui va y être jugé.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal