Barrage de Sivens : l’Etat en première ligne

Par

Le gouvernement pourrait sans délai mettre fin au chantier contesté du barrage de Sivens en annulant sa déclaration d’utilité publique. C’est exactement ce qu'il a toujours refusé de faire à Notre-Dame-des-Landes. Début de réponse ce mardi avec la réunion prévue au ministère de l'écologie.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Réunion très sensible ce mardi 4 novembre au ministère de l’écologie : la preuve, la liste des participants n'a été arrêtée que la veille, dans l’après-midi. Au départ, les associations environnementales, dont France Nature Environnement, la fédération à laquelle appartient Nature Midi-Pyrénées, où Rémi Fraisse était bénévole, n’étaient pas même conviées. Finalement, elles prendront place autour de la table avec des élus locaux, le préfet, le porte-parole du collectif pour la sauvegarde de la zone humide du Testet, Ben Lefetey, des représentants des services administratifs (dont l’Agence de l’eau Adour-Garonne) et des organisations agricoles.