Une majorité inquiète remonte aux racines de la colère

Par
La crise des "Gilets jaunes" incite pour la première fois les députés de la majorité à se pencher sur les erreurs commises depuis l'élection d'Emmanuel Macron il y a 18 mois, exerçant ainsi un "droit d'inventaire" qui préserve pour l'instant un président de plus en plus décrié dans l'opinion.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

PARIS (Reuters) - La crise des "Gilets jaunes" incite pour la première fois les députés de la majorité à se pencher sur les erreurs commises depuis l'élection d'Emmanuel Macron il y a 18 mois, exerçant ainsi un "droit d'inventaire" qui préserve pour l'instant un président de plus en plus décrié dans l'opinion.