L’étrange disparition des agendas de Nicolas Sarkozy

Par et

Alors qu’il s’y était formellement engagé devant les magistrats de l’affaire libyenne, l’ancien président de la République est finalement dans l’incapacité totale de fournir à la justice le moindre des agendas que celle-ci réclame. Une volte-face qui tombe au plus mal en plein procès « Bismuth », qui porte également sur les agendas de l’ex-chef de l’État.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les juges allaient voir ce qu’ils allaient voir et, finalement, n’ont rien vu du tout. Alors qu’il s’y était engagé début octobre avec force et même solennité devant les magistrats, au nom de « tout ce qui peut contribuer à la manifestation de la vérité », selon ses propres mots, Nicolas Sarkozy est finalement dans l’incapacité totale de fournir à la justice le moindre des agendas que celle-ci réclame dans le cadre de son enquête sur les financements libyens.