Les galères administratives des personnels soignants étrangers en pleine pandémie

Par

À l’instar de Lydia Veyrat, une aide-soignante béninoise travaillant dans un Ehpad en Isère qui a récemment risqué l’expulsion, de nombreux médecins étrangers rencontrent des difficultés dans leurs démarches administratives alors qu’ils participent à la lutte contre le Covid-19 au quotidien. « La France a besoin de tout le monde », clame Lydia.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

«Cette semaine, après une garde de 24 heures que j’ai finie le matin, j’ai dû me rendre à la préfecture pour la quatrième fois pour essayer de régler ma situation », lâche Amin, dépité. Anesthésiste réanimateur dans un hôpital public situé en Île-de-France, ce Tunisien est venu en France en 2017 en tant que praticien attaché associé. Depuis plus d’un an, il n’a pas de carte de séjour à cause d’une procédure qui « traîne » entre la préfecture et la Direccte (Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi).