Les apatrides, une monstruosité juridique

Par

L'hypothèse de faire de Français des apatrides suscite une bataille juridique. Prêts à passer outre la Déclaration des droits de l'homme et plusieurs conventions internationales, des partisans de François Hollande la défendent au nom de l'égalité entre tous les Français.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La France, pays supposé des droits de l’homme, va-t-elle être le premier État du XXIe siècle à réinventer l’homme sans droits ? Pas sans droits au sens figuré, mais absolument, réellement, sans droits, l’homme nu au sens propre pour reprendre l’expression du philosophe italien Giorgio Agamben, celui qui erre dans les limbes sans perspective d’en sortir. Dans la batterie des mesures envisagées pour faire suite aux attentats du 13 novembre 2015, l'exécutif réfléchit désormais à la possibilité de rendre des Français apatrides en leur retirant leur nationalité, ce qui, au regard du droit international, les exposerait à des conséquences juridiques inextricables.