« L’irruption des salariés sur la scène sociale », comme l’appelaient de leurs vœux la CGT, Force ouvrière, FSU et Solidaires, n’a pas eu lieu ce mardi 5 mars. La mobilisation contre le projet de loi sur la réforme du marché du travail, dit « de sécurisation de l’emploi », et rebaptisé par ses détracteurs « accord sur la précarisation de l’emploi », n’a pas été un raz-de-marée. Voilà qui fera plaisir au gouvernement « impavide » face à la grogne autour de cet accord (lire notre article).