La France renfermée de Nicolas Sarkozy

Par

Le candidat UMP a détaillé son programme : d’abord détruire François Hollande, puis construire des frontières, partout, en Europe, en France et jusque dans les têtes. L’enfermement pour se protéger des hordes barbares : jamais la droite classique n’était allée aussi loin dans cette mise en scène d'un nouvel ennemi intérieur.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La détermination s’est faite agressivité. Nicolas Sarkozy, qui présentait officiellement ce jeudi son projet, a en fait un programme unique : démolir son adversaire principal, François Hollande. Pour la première fois, le président-candidat a ainsi montré combien la défaite devenait pour lui une perspective concrète. Le feu d’artifice d’accusations, de stigmatisations et d’attaques méprisantes tous azimuts – contre les experts, les économistes, les syndicalistes, les sondages, les journalistes, les « élites » et encore et toujours les socialistes – délivré ce jeudi met en évidence une nervosité nouvelle du pouvoir.