Biens mal acquis: réquisitoire sévère contre le vice-président Obiang

Par

Le parquet national financier a requis trois ans d’emprisonnement, 30 millions d’euros d’amende ainsi que la confiscation des biens saisis contre Teodorin Obiang, le vice-président de Guinée équatoriale, jugé pour blanchiment à Paris.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il faut redoubler de vigilance, lorsqu’un magistrat parle d’une voix égale et que son visage ne manifeste aucune passion. Les avocats de Teodorin Obiang l’en auraient peut-être avisé, si seulement le vice-président de Guinée équatoriale avait daigné comparaître à son procès pour des faits de blanchiment, qui se tient à Paris depuis le 19 juin. Mais le fils du dictateur au pouvoir depuis 1979 est prudemment resté à Malabo. Et ce 5 juillet, le procureur Jean-Yves Lourgouilloux prononce son réquisitoire en s’adressant à une chaise vide, alors qu’autour, public et journalistes sont nombreux sur les bancs de la salle d’audience.