A l’OL, une affaire d’abus sexuels sur mineures révèle la jungle du foot féminin

Par et

Un entraîneur du centre de formation de l’OL a quitté son poste, accusé d’avoir harcelé des joueuses. Quelques jours plus tard, une des mineures à l’origine des révélations a été renvoyée. Elle n’avait ni contrat ni convention.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Des jeunes filles, mineures, sans contrat ni convention, sans perspectives claires, et donc à la merci des abus. Tel est le cadre aujourd’hui proposé aux jeunes footballeuses françaises qui fréquentent des centres de formation et espèrent en faire leur métier. Une affaire de violences sexuelles présumées, dont Mediapart a pu prendre connaissance, dans le plus grand club féminin d’Europe, l’Olympique lyonnais (OL), vient tristement illustrer cette réalité.