1988-1991: la piste de la corruption

Par et

Au premier jour de son procès, Jérôme Cahuzac a affirmé que son premier compte en Suisse était destiné « au financement d’activités politiques » de Michel Rocard. En 2013, Mediapart avait recueilli des témoignages d’acteurs clés du milieu médical décrivant un système de pots-de-vin, quand Cahuzac était conseiller du ministre de la santé Claude Évin, entre 1988 et 1991. Notre enquête.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L'ancien ministre du budget a donc, pour partie, retrouvé la mémoire. Au premier jour de son procès devant le tribunal correctionnel de Paris, Jérôme Cahuzac a affirmé que son premier compte ouvert secrètement en Suisse était destiné « au financement d’activités politiques » au profit de Michel Rocard. Décédé le 2 juillet, l'ancien premier ministre ne pourra pas répondre, et Jérôme Cahuzac, tout en disant sans dire – il n'a cité aucun autre nom ou détail –, a aussitôt précisé qu’il était persuadé que « Michel Rocard ignorait tout cela ».