Après le suicide d’une factrice, les postiers de Sarlat dénoncent un management brutal

Par

Les agents du centre postal de Bergerac-Sarlat en Dordogne exercent leur droit de retrait depuis jeudi 25 octobre. La veille, une de leurs collègues s'est donné la mort et une violente altercation a opposé un facteur et trois membres de l'encadrement. Salariés et syndicats demandent le départ des cadres impliqués, et contestent les réorganisations permanentes du service postal.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Sarlat (Dordogne), envoyé spécial.– Mercredi 24 octobre vers midi, Murielle, factrice à Sarlat en Dordogne, reçoit un appel de sa collègue et amie Paula, 44 ans. En arrêt maladie depuis le mois de juillet à la suite d’une blessure au pied, Paula doit cet après-midi-là voir un agent de l'organisme auquel La Poste confie les contrôles médicaux. Porteuse d'un certificat médical attestant que son état psychologique ne lui permet pas de demeurer seule, Paula s'est installée chez ses parents depuis quelque temps.