A Paris, sept pharmacies sur dix refusent de délivrer les substituts à l'héroïne

Par

Selon un testing réalisé par l’Association des usagers de drogues (Asud) à Paris, 70 % des officines ne délivrent pas les substituts aux opiacés prescrits par ordonnance par des médecins.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Selon un testing réalisé par l’Association des usagers de drogues (Asud) en août à Paris dans 115 pharmacies, 70 % des officines ne délivrent pas les substituts aux opiacés prescrits par ordonnance par des médecins. Certains l’ont même affiché sur leur vitrine, selon un reportage du Parisien. Trois plaintes ont été déposées par un centre de soin en addictologie contre les officines qui affichent sur leur vitrine leur refus de délivrer du Subutex.