Régionales: en Normandie, incertitudes politiques et identitaires

Par

Une droite conquérante mais portée par un candidat qui peine à convaincre, des socialistes sortants peu mobilisés mais qui misent sur leur bilan, et un FN qui entend profiter des attentats et faire fructifier au-delà de 30 % ses récentes percées électorales. Dans un climat « bizarre » et sans grand entrain, tous pensent pouvoir emporter la Normandie réunifiée.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

De notre envoyé spécial en Seine-Maritime et dans l'Eure.- « C’est une “drôle de campagne”, mais en triste. » Cette phrase entendue d’un militant socialiste résonne chez tous les états-majors politiques normands, à quelques jours du premier tour des régionales. Si ses régions haute et basse ont fusionné par la réforme territoriale, la Normandie réunifiée n’a pas le cœur à la fête depuis les attentats du 13 novembre dernier.