Après l’abandon d’Alain Juppé, François Fillon crie victoire

Par

Après l’abandon d’Alain Juppé et alors que les sarkozystes cherchaient encore une solution pour sortir de la crise historique que traverse la droite, François Fillon a coupé court aux « discussions vaines » lors du comité politique de son parti. Ragaillardi par le rassemblement du Trocadéro, le candidat LR s’estime désormais le plus « légitime » pour rassembler son camp.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Une journée de plus dans le grand n’importe quoi. Au lendemain du rassemblement du Trocadéro, François Fillon a coupé court aux discussions de couloir devant le comité politique qui s’est réuni au siège du parti, rue de Vaugirard à Paris. « Je considère que ce rassemblement confirme la légitimité que je tire de la primaire de la droite et du centre, a-t-il expliqué. Il est temps maintenant que chacun se reprenne et revienne à la raison. Nos électeurs ne pardonneraient pas ceux qui entretiennent le poison de la division. […] Nous avons perdu trop de temps en discussions vaines, laissant le champ libre à l’extrême droite et aux candidats de la gauche qui se frottent les mains en contemplant notre désunion. Il est temps pour chacun de faire campagne et de reconstruire une alternative crédible. »