Violences sexuelles: le député Denis Baupin est sauvé par la prescription

Par

Le parquet de Paris a classé sans suite l’enquête ouverte au lendemain des révélations de Mediapart et France Inter sur des faits pouvant relever de harcèlement et d’agressions sexuels. Il évoque des faits « susceptibles d’être qualifiés pénalement », mais « prescrits ». « Il y a eu un avant l’affaire Baupin et il y aura surtout un après », selon les plaignantes.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Des faits « susceptibles d’être qualifiés pénalement », mais prescrits. Lundi 6 mars, au terme de dix mois d’enquête, et à deux jours de la journée internationale des droits des femmes, le parquet de Paris a classé sans suite l’enquête ouverte au lendemain des premières révélations de Mediapart et France Inter, pour harcèlements sexuels, agressions sexuelles et appels téléphoniques malveillants, visant le député de Paris Denis Baupin. Une décision qui soulève à nouveau la question de la prescription pour les violences sexuelles.