Présidentielle : à Grande-Synthe, ville en transition, l’indécision prime

Coincée entre la centrale nucléaire de Gravelines et un site d’ArcelorMittal, menacée par la montée des eaux, Grande-Synthe cherche à opérer sa transition sociale et écologique. Les habitants de cette ville populaire demeurent indécis face à une campagne présidentielle éloignée de leur réalité quotidienne : celle d’un territoire d’accueil, sans relance industrielle ni croissance.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Grande-Synthe (Nord). – Une douzaine de femmes s’activent en un ballet synchronisé dans la petite salle Guérin, accolée à l’église Saint-Jacques. Depuis 8 heures du matin, et comme quatre jours par semaine, elles préparent le déjeuner pour quatre cents exilé·es qui campent dans la périphérie de Grande-Synthe.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal