Les six épisodes de notre feuilleton «Trente ans de campagnes européennes»

Par

Une série pour se rafraîchir la mémoire et comprendre comment, à chaque élection européenne, le débat national l'emporte sur les enjeux de l'Union. Avec des vidéos d'archives de la télévision.

Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Pour se rafraîchir la mémoire et comprendre comment, à chaque élection européenne, le débat national l'emporte sur les enjeux de l'Union, cliquez sur les titres pour accéder aux épisodes.

 

La première des élections au suffrage universelle. Où Chirac qualifie la liste Giscard de «parti de l'étranger»; où Simone Veil traite Le Pen de «SS aux petits pieds»; où Mitterrand rappelle à Marchais son «travail en Allemagne»... toute une époque!

 

La gauche au pouvoir affronte la crise de la sidérurgie et la bataille de l'école privée. Jospin prend à contrecœur la tête de liste du PS. A droite, Chirac, échaudé par sa précédente défaite, laisse toute la place à Simone Veil. Et pour la première fois, Le Pen accède à un grand rendez-vous télévisé, «L'Heure de vérité».

 

En cette veille d'été, aucun candidat au titre de député européen ne voit venir la révolution de l'Europe de l'Est. A droite, «la bande des douze» jeunes rénovateurs sème la zizanie dans le pré-carré de Chirac, Barre et Giscard. La fin de la récréation sera orchestrée par... Nicolas Sarkozy.

 

Après une bérézina aux législatives, Michel Rocard prend la tête de liste socialiste pour les européennes. A peine soutenu par les mitterrandiens, il a aussi en face de lui la liste de Jean-Pierre Chevènement et celle de Bernard Tapie, très en cour à l'Elysée. Et pendant ce temps, Edouard Balladur se voit présidentiable et Jacques Chirac l'assure de «son amitié».

Alors que l'Otan décide de frapper la Serbie de Milosevic, la droite consacre sa campagne européenne à se déchirer. Bilan: Nicolas Sarkozy se voit contraint de partir au front au côté d'Alain Madelin; François Bayrou peut enfin tester, pour la première fois, le poids de son nom dans un vote national. En cette année là, Cohn-Bendit (photo) repasse le Rhin.

 

Premières élections européennes avec scrutin de listes régionales. Plus qu'auparavant encore, l'Europe n'est pas le souci de la droite. Et pas plus de la gauche. Alors que l'enjeu serait d'expliquer le projet de constitution européenne, on s'étripe sur la réforme de l'assurance maladie, la liste Dieudonné et le mariage gay. Record d'abstention battu!

 

Si vous avez des informations à nous communiquer, vous pouvez nous contacter à l’adresse enquete@mediapart.fr. Si vous souhaitez adresser des documents en passant par une plateforme hautement sécurisée, vous pouvez vous connecter au site frenchleaks.fr.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale