« Mécanhumanimal », pour relire Bilal

Par

Enki Bilal est au Musée des arts et métiers à Paris. Pour une exposition monstre, qui emprunte aux histoires intimement liées de l’artiste et du lieu. À l’heure où l’on parle de plus en plus d’homme « augmenté », Bilal offre avec Mécanhumanimal une exposition hybride, et une relecture de son œuvre (vidéos dans l'article).

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Mécanhumanimal », un néologisme comme une évidence, est un mot qu’Enki Bilal verrait bien un jour entrer dans un dictionnaire. Un terme mystérieux, une haplologie qui ne doit pas rebuter le visiteur pour autant. Pour Enki Bilal, le terme s’est imposé à lui car il embrasse les thèmes et les préoccupations qui lui sont chers : l’animalité, l’humanité, la science et ses dérives, une certaine idée du futur, le totalitarisme, l’hybridation, comment l’on apprend du passé pour mieux se projeter dans l’avenir.