La déroute de LR signe «l’échec de sa stratégie» face à l’extrême droite

Par

Après la claque des élections européennes, où LR a réalisé le pire score de son histoire, la droite n’en finit plus de se disloquer. Trois jours après la démission de Laurent Wauquiez de la présidence du parti, Valérie Pécresse a annoncé qu’elle rendait sa carte. Entretien avec la politiste Florence Haegel sur l’avenir d’une droite en proie à une grave crise existentielle.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Trois jours après la démission de Laurent Wauquiez de la présidence des Républicains (LR), Valérie Pécresse a décidé de quitter son parti en le qualifiant de « cadenassé de l’intérieur », tant sur le plan des idées que de l’organisation. La présidente de la Région Île-de-France a expliqué mercredi, sur le plateau de France 2, que « la refondation de la droite ne pourra pas se faire à l’intérieur et qu’elle doit se faire à l’extérieur du parti ».