« Pour moi, la PMA, c’est déjà trop tard » : ces projets empêchés par les lenteurs du pouvoir

Par

La PMA leur est promise depuis presque dix ans, mais de nombreuses femmes lesbiennes, bis et célibataires ont dû reporter ou modifier leur projet de fonder une famille. Plusieurs ont accepté de témoigner pour Mediapart, alors que le projet de loi censé leur ouvrir la PMA revient lundi à l’Assemblée nationale.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

«J’aimerais que le projet de loi soit adopté cet été, mais pour moi, c’est déjà trop tard. » Il y a cinq ans encore, Marie*, lesbienne et célibataire, avait l’espoir de pouvoir être suivie en France, mais c’était sans compter les reports successifs du projet de loi bioéthique censé ouvrir la procréation médicalement assistée (PMA) à toutes les femmes, qui sera débattu en troisième lecture lundi à l’Assemblée nationale.