Amour maternel ou financement du terrorisme: un tribunal en ébullition

Par

Nathalie Haddadi a envoyé de largent à son fils au début dun périple qui a conduit celui-ci en Syrie. Elle comparaissait mardi soir à Paris, accusée davoir facilité son départ, et davoir financé une entreprise terroriste. Elle a plaidé lamour maternel. Le procureur a requis de la prison ferme.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Nathalie Haddadi, dont le fils djihadiste est vraisemblablement mort au combat, dit ne pas comprendre ce qui lui arrive. Elle l’a aidé matériellement, parce que c’était son fils, avant qu’il ne rejoigne la Syrie. Ce mardi soir, elle devait cependant répondre de ses actes devant un tribunal correctionnel, à Paris, pour avoir financé une entreprise terroriste. Le matin du procès, elle a accordé de multiples interviews pour clamer son désarroi. Et le tribunal n’a pas vraiment apprécié. « Face aux journalistes, vous pouvez dire des mensonges. Mais nous, nous avons le dossier », lui a assené la présidente du tribunal, Isabelle Prévost-Desprez, au milieu d’une audience aussi tendue que décousue.