Ecotaxe: «On s’est fait enfumer»

Par

Fervents partisans de la taxation kilométrique des poids lourds, les écologistes n’ont ni su, ni pu alerter sur les dérives financières du contrat remporté par la société Ecomouv. Retour sur les discussions menées depuis le Grenelle de l'environnement.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L’affaire du contrat remporté par le consortium Ecomouv pour la mise en œuvre de l’écotaxe (voir ici notre enquête) place les écologistes, militants associatifs et les élus en situation délicate : depuis des années, ils militent pour l’instauration de cette taxation kilométrique des poids lourds au nom de ses vertus environnementales et sociales, en vue d'inciter à relocaliser l’économie. Mais ils n’ont à aucun moment alerté sur le coût exorbitant pour l’État – près de 20 % des recettes de la collecte – du contrat emporté par le consortium international dirigé par l’Italien Autostrade. Les protestations d’Eva Joly (« Il faut dénoncer ce contrat et il faut faire une enquête ») et du député EELV des Bouches-du-Rhône, François-Michel Lambert (« sur les possibles faits de corruption et les nombreuses irrégularités qui auraient eu lieu durant l'appel d'offres »), arrivent après la bataille.