Polytechnique face au tabou des violences sexuelles

Par

L'École polytechnique se débat de longue date avec les violences sexuelles. Les filles y sont minoritaires et se plaignent d'essuyer des remarques sexistes. Parfois, les choses sont allées plus loin avec des agressions sexuelles, et un viol signalé au procureur.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est écrit en toutes lettres à l’article 3 du code de Polytechnique : « Au dehors, Conscrit, tes interlocuteurs se feront par tes propos une idée de l’École. Sache faire la part des choses et évite de faire étalage de nos usages, car ils sont particuliers, voire impénétrables, et parfois choquants pour qui ne les pratique pas. » Longtemps, les élèves de la prestigieuse école d’ingénieurs se sont crus soumis à un devoir de réserve, qui les aurait empêchés de dénoncer des faits délictueux.