Entre extrêmes droites française et américaine, une vieille conversation

Par

Si Marine Le Pen, en quête de respectabilité républicaine, s’est démarquée des supporteurs de Trump qui ont envahi le Capitole, une bonne partie de l’extrême droite radicale y a vu un salutaire sursaut populaire.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Invitée sur France 2 dès potron-minet à venir commenter l’invasion du Capitole, la veille, par les supporteurs de Trump, Marine Le Pen qui affichait il y a quelques semaines un soutien sans faille au président américain, et qui a refusé jusqu’alors de reconnaître sa défaite, a été claire : « Comme tous les Français, je suis extrêmement choquée par ces images de violence. Je considère que, dans une démocratie, on doit défendre le droit de contester mais pacifiquement. Tout acte de violence qui vise à attenter au processus démocratique est évidemment inadmissible. »