En Maurienne, le village qui dit non à la ligne Lyon-Turin

Par Eliane Patriarca (Mediacites)

Privée de ses sources d'eau, menacée par des mètres cubes de remblais : en Maurienne, la commune de Villarodin-Bourget, 520 habitants, paie un lourd tribut à la construction de la ligne ferroviaire. L’opposition s’y organise.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Villarodin-Bourget (Savoie), envoyée spéciale.- L’abandon du projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes (NDDL) les fait rêver. À quelques kilomètres en amont de Modane, à l’entrée de la Haute-Maurienne, les habitants de Villarodin-Bourget combattent eux aussi un de ces grands projets qu’ils étiquettent « inutiles et imposés » : le Lyon-Turin ferroviaire. « NDDL, c’est un peu une jurisprudence. Peut-être va-t-on arrêter de décider à notre place et enfin s’interroger sur le bien-fondé d’un projet décidé en 1991 sur la base de prévisions de trafics surestimées ? », espère le maire adjoint Philippe Delhomme.