Alstom: Emmanuel Macron rattrapé par son passé

Par

La Commission européenne a mis son veto au rapprochement avec Siemens au nom de la concurrence. General Electric, qui a repris les activités énergie du groupe au temps où Emmanuel Macron était secrétaire général adjoint de l’Élysée, ne peut tenir ses engagements et s’apprête à tout restructurer.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Sept ans après, Emmanuel Macron peut prendre la mesure de ses décisions sur Alstom lorsqu’il était secrétaire adjoint de l’Élysée puis ministre de l’économie : un désastre. Tout le plan concocté dans le plus grand secret dès octobre 2012 (voir notre enquête) dans les soupentes de l’Élysée – avec l’aide d’AT Kearney et l’appui de David Azéma, alors directeur de l’Agence de participations de l’État (APE) d’un côté ; Grégoire Chertok et Nicolas Bonnault, associés gérants chez Rothschild de l’autre – pour aider Bouygues à vendre sa participation dans Alstom au prix d’un démantèlement du groupe industriel, tourne au fiasco.