Se loger à Groix: l’impossibilité d’une île

Par

Le collectif Ressac, à Groix dans le Morbihan, l’affirme : sur leur île, « le logement n’est pas secondaire ». Nouveaux venus ou nés à Groix, ils interpellent les candidats à l’élection municipale : comment habiter les lieux durablement, rêver de vivre différemment et ne pas aggraver le fossé entre touristes et insulaires ?

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Groix, de notre envoyée spéciale.– L’élection municipale est dans moins de deux semaines mais à Groix, c’est le vent qui occupe encore le gros des conversations quotidiennes. Satané vent, qui donne du souffle tous les trois jours et complique le passage entre Lorient et cette île du Morbihan, l’une des quinze habitées de l’archipel du Ponant. « On en a marre, depuis décembre c’est comme ça, du jamais vu », bougonne le maire, Dominique Yvon, en nous raccompagnant à la porte de la mairie. Le bateau, seul lien régulier entre l’île et le continent, peine de plus en plus souvent à accoster dans le port et tourne parfois pendant près d’une heure à quelques mètres du quai.