A Saint-Nazaire, l’idée d’un «printemps jaune» éclôt

Par Pierre-Yves Bulteau et Lucie Delaporte

Après trois jours de réflexion, cette AG des AG a voulu inscrire le mouvement des « gilets jaunes » dans la durée. Pour remobiliser des troupes parfois épuisées par près de cinq mois de mobilisation, le principe d’une « semaine jaune » a été adopté.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Bonjour la France, bonjour les gilets jaunes. » Dans la grande salle de la Maison du peuple de Saint-Nazaire, près de 700 gilets jaunes se pressent pour le début de l’assemblée plénière de la deuxième « AG des AG » du mouvement. Deux mois après le succès de l’AG de Commercy, qui a initié ces rendez-vous nationaux rassemblant les délégations de toute la France, le nombre de délégations présentes a plus que triplé. « On a dû refuser du monde », se félicite Jo, un des organisateurs de Saint-Nazaire.