Violences policières: le silence bavard d’Emmanuel Macron

Par

Alors que les manifestations en hommage aux victimes des violences policières se multiplient, le président de la République refuse de s’exprimer sur le sujet, contrairement à un grand nombre de chefs d’État étrangers. Sous la pression, il s’est tout de même décidé à relancer un travail réclamé à son ministre de l’intérieur il y a six mois déjà. Christophe Castaner a tenu une conférence de presse lundi.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ne pas remuer d’un cil dans l’espoir que les choses passent d’elles-mêmes. C’est la stratégie qu’avait choisie Emmanuel Macron face à la vague internationale de soutien qui a suivi le meurtre de George Floyd, le 25 mai, à Minneapolis (États-Unis), avant que la pression ne devienne trop forte. Dimanche soir, l’Élysée a fait savoir que le président de la République avait demandé au gouvernement, et en particulier au ministre de l’intérieur, de « faire aboutir rapidement le travail » qu’il lui avait commandé en janvier « pour améliorer la déontologie des forces de l’ordre ». Christophe Castaner a tenu une conférence de presse sur le sujet, lundi après-midi.