Mory Ducros : pendant la liquidation, les dérives continuent

Par

En tentant de faire invalider en justice le plan social qui les vise depuis février, un millier de salariés de Mory Ducros ont remis lundi en pleine lumière ce dossier explosif : 2 800 licenciements, et une direction qui flirte avec les limites de la loi. Selon nos informations, la justice a déjà condamné ses pratiques, et l'inspection du travail est intriguée par le recours à des intérimaires.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le cas Mory Ducros s’invite à nouveau devant la justice, et en grand format. Ce lundi 7 juillet, environ un millier d’anciens salariés de l’ex-numéro deux français du transport de colis par la route, représentés par plusieurs avocats choisis par les organisations syndicales, demandaient au tribunal administratif de Cergy-Pontoise (Val-d’Oise) de juger que leur licenciement n’était pas légal. En mars, l’administration a en effet donné son agrément au « plan de sauvegarde de l’emploi » (PSE) présenté par Mory Ducros, placé en redressement judiciaire fin novembre 2013, et repris en février par son actionnaire Arcole Industries (filiale du groupe Caravelle, spécialiste de la reprise d’entreprises en difficulté), au prix de 2 800 licenciements, sur 5 000 salariés à l’époque.