Pourquoi Marine Le Pen parle aux classes populaires

Par

Alors que l'Insee pointe une aggravation de la pauvreté, une enquête de la fondation Jean-Jaurès étudie les ressorts de la progression de Marine Le Pen dans les classes populaires et moyennes. C'est la conséquence d'une corrélation entre «fragilité économique» et «sentiment d'insécurité physique». Mediapart met en parallèle cette étude avec le discours de la présidente du FN.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

«La voix du peuple, l'esprit de la France». Tel est le nouveau slogan de Marine Le Pen. Celui qui, elle l'espère, la mènera au second tour de l'élection présidentielle en 2012. Depuis son arrivée à la tête du Front national, la présidente du parti d'extrême droite a opéré une forte poussée chez les milieux populaires et grignote désormais une partie des classes moyennes. C'est le constat d'une étude qui vient d'être publiée par la Fondation Jean-Jaurès (lire sous l'onglet Prolonger). Une étude qui donne du sens à la dizaine de reportages réalisés par Mediapart pendant les élections cantonales (voir notre carte).