Les fichiers de police en pleine croissance

Par

Au nom de la lutte antiterroriste, la France crée encore un fichier, cette fois de données des passagers aériens. Elle est pourtant déjà incapable de gérer Cheops, son portail d’accès aux bases de données policières, saturé et à la «technologie obsolète», dixit le ministre de l'intérieur.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

À compter du 1er janvier 2015, la France disposera d’un nouveau fichier de police. Il s’agit, au nom de la lutte contre le terrorisme et la criminalité organisée, d’enregistrer, à « titre expérimental », l’intégralité des données de tous les passagers atterrissant ou décollant en France, à l’exception des vols internes à la métropole. Ces données seront conservées pendant cinq ans (et anonymisées au bout de deux ans). L’ampleur de ce fichage donne le tournis : en 2013, les aéroports français ont accueilli près de 172 millions de passagers, dont 80 % sur des vols internationaux.