11 Novembre: que faire avec les commémorations?

Par

A l'occasion du 90e anniversaire de la fin des combats de la Grande Guerre, mardi 11 novembre, Nicolas Sarkozy fera-t-il un geste en direction des 600 soldats fusillés pour avoir refusé d'obtempérer aux ordres, ou tout simplement pour l'exemple? La question semblait réglée comme nous l'indiquions en mai. Deux commissions, l'une présidée par Jean-Jacques Becker, l'autre par André Kaspi, font par ailleurs des propositions sur la manière de commémorer les grandes dates de l'histoire.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les Français se sont habitués à l'usage de l'histoire tel qu'il rejaillit à tout bout de champ dans les discours de Nicolas Sarkozy. Nul hasard si Jean Jaurès et Jules Ferry sont cités plus souvent que Charles de Gaulle ou Raymond Poincaré, si la mémoire de Guy Môquet est davantage exaltée que celle de Honoré d'Estienne d'Orves. Le président de la République veut incarner toutes les figures de la nation, y compris celles qui chantent le socialisme ou l'internationalisme.