Quand le lieu de naissance grippe l'ascenseur social

Par

Selon qu'il est né à Dunkerque ou à Vannes, les chances d'un enfant d'ouvrier de devenir cadre varient du simple au double. Et ce frein géographique à la mobilité sociale ne varie pas depuis deux générations. Principale raison, l'accès aux diplômes du supérieur. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Est-il normal que Pierre, né de parents ouvriers dans l’Hérault, ait deux fois moins de chances de devenir cadre que Léa, également issue d’un milieu populaire mais élevée dans le Cher ? Si les prénoms sont fictifs, la distorsion géographique de la mobilité sociale est bien réelle : les chances d’ascension sociale des individus d’origine populaire varient du simple au double en fonction de leur département de naissance, selon une étude publiée par France Stratégie, organisme d’expertise du gouvernement.