Islamophobie: la semaine où la gauche s’est retrouvée face à elle-même

Par

À gauche, la polémique n’a cessé d’enfler cette semaine autour de la pétition appelant à manifester, dimanche 10 novembre, contre l’islamophobie. Ce malaise trahit les atermoiements de formations politiques qui, depuis trente ans, n’ont pas tranché leur rapport à l’islam et à la laïcité.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Combien seront-ils, dimanche 10 novembre, pour défiler contre l’islamophobie à Paris ? Les organisateurs, qui tablent sur 10 à 15 000 participants, veulent y croire. Entre les cars affrétés de province, les appels à mobilisation dans les mosquées, les relais des associations de quartiers, et la CGT et Jean-Luc Mélenchon qui ont réitéré leur soutien à l’initiative en cette fin de semaine, l’heure était, jeudi soir, plutôt à l’optimisme. Reste que l’opération n’aura pas été sans douleur. Et a laissé voir, ces derniers jours, une gauche dans tous ses états. Retour sur une affaire qui a failli virer au fiasco.