Après Hollande, la primaire du PS frise le trop-plein

Par et

La candidature de Manuel Valls n’a pas réussi à convaincre la majorité de ce qu’il reste du PS de faire corps derrière l’ancien premier ministre. Vincent Peillon sort du bois, et Marisol Touraine réfléchit. Et la primaire prend des airs de congrès socialiste.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ça se bouscule au portillon socialiste de la primaire. Après Manuel Valls, Benoît Hamon ou encore Arnaud Montebourg, le député européen Vincent Peillon pourrait à son tour se présenter à la primaire du PS et de ses satellites. Au fil des semaines, c’est la nature même de cette primaire qui est bouleversée : plus personne ne semble croire qu’elle peut contribuer à une victoire à la présidentielle. C’est donc l’avenir du PS qui paraît davantage s’y jouer.