Future loi «anti-casseurs»: bienvenue en 1970

Par

Les mesures répressives annoncées par Édouard Philippe après les incidents des manifs des « gilets jaunes » rappellent furieusement la loi « anti-casseurs » de 1970, votée par une droite parlementaire française alors traumatisée par Mai-68 et ses suites.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Ce n’est pas ceux qui remettent en cause les institutions qui auront le dernier mot », a déclaré Édouard Philippe sur un ton martial, lundi 7 janvier au 20 heures de TF1, après plusieurs incidents violents lors des manifs de « gilets jaunes ». Et le premier ministre d’annoncer une « loi nouvelle » pour « sanctionner » ceux qui ne respecteraient pas l’obligation de déclarer une manifestation.